Parergon

Huile, acrylique et spray sur toile, 100 x 155 cm, 2014

Qu’il s’agisse du contexte d’où elle est originaire ou bien des limites qu’elle engendre, lorsqu’il est question d’une œuvre d’art, (ergon ars) on ne peut pas s’empêcher de penser au cadre dans lequel elle est réalisée, c’est à dire son parergon.

Le parergon — le cadre de l’œuvre — agit sur l’œuvre comme un entre deux neutre qui annulerait le paradigme immanence/transcendance de l’œuvre.
Se qui se trouve à l’intérieur du cadre est figé en tant que partie intégrante de l’œuvre. Ce qui se trouve en dehors du cadre est figé dans le présent infini.

Est-il possible de suspendre ce paradigme ? Que se passe-t-il lorsque le cadre d’une œuvre est décalé vis-à-vis de celle-ci ?