épochè

Acrylique et spray sur toile, 130 x 100 cm, 2016

L’étymologie de Stonehenge reste quelque peu incertaine : « les pierres suspendues » ou « les pierres en surplomb » désignent un ensemble de structures circulaires concentriques érigées au Néolithique.

Ce n’est pas seulement parce que les pierres de stonehendges sont supsendues à la verticale qu’elles fascinent mais surtout parce que leur disposition suspend par un procédé de sublimation tel qu’il est énoncé par Jean-François Lyotard dans Leçons sur l’analytique du sublime [1] :
Dans le beau, le sujet esthétique éprouve la force qui le fait vivant comme un jeu toujours renouvelé et harmonieux ; dans le sublime, cette même force est vitalité qui tend vers l’infini et porte la sensibilité jusqu’à son paroxysme, ou seuil critique qui marque encore la limite du supra-sensible.